La source de la vie et les premiers êtres vivants

Les plantes sont très connues par le commun des mortels. C’est tout d’abord leur source qui met une différence entre les vrais scientifiques (faisant des plantes aussi une source de connaissances infinies et profitables à tout l’Univers et mêmes les créatures non animées telles les collines, montagnes et tout ce qui peut sembler aux yeux de l’humain comme étant sans âme). A l’origine, du moins, il y a au moins cent soixante millions d’années-si nous devons nous fonder sur le calcul artificiel et humain, nous voulons parler d’avant ce que certains appellent le « Big-bang » ou l’implosion de couches apparues du néant en l’absence de toute matière organique pour finalement donner lieu à une explosion qui auraient à leurs yeux provoquer un fracas terrifiant nommé « Big-Bang ». C’est ce son ou ce moment précis de la formation de la matière-selon certains hommes de sciences qui a pris cette fameuse appellation de « Big-bang ».

Quand nous parlons d’implosion et ensuite d’explosion, d’aucuns pourraient croire que c’est purement accidentel. Non ! Nous avons voulu mettre en concomitance les deux interprétations dans le seul souci de mieux faire comprendre de quoi il s’est agi exactement. Il s’est agi en fait d’un assemblage de calculs nés de chiffres qui devaient nécessairement se résorber sur eux-mêmes pour donner naissance à des éléments de vie (donc pourvus d’une âme qui leur servirait d’orientation ou d’indicateur et ainsi naitra la connaissance du temps et de l’espace pour ensuite faire croire à un semblant de non-vie quand ce même espace et ce temps se rétracterons sur eux-mêmes toujours au fil de calculs qui n’ont jamais eu de commencement et qui ne finiraient jamais, par ce que les calculs n’ont pas d’âme et par conséquent n’ayant aucune connaissance du temps. Ce sont eux qui font le temps mais ils ne sont pas le temps. De la même manière, ils définissent ou délimitent relativement l’espace tout en étant hors de l’espace. Ces calculs ne proviennent de nulle part mais sont simplement un Etat évolutif sans fin. De ce fait, un changement perpétuel infini hors-temps et hors-espace. C’est justement à une de ces évolutions si on peut l’appeler ainsi que l’Homme issu des méandres de ces calculs s’est vu contraint d’accepter une limite à tout.

Que ceux croient ou pensent que les êtres animés sont un fruit de l’évolution et ceux là qui voient aux êtres des créatures, c’est à dire simplement crées par Un Esprit Supérieur, ne peuvent s’empêcher d’accepter tous que les plantes font tout au moins partie des premiers êtres à connaître la vie sur Terre. Ici, il n’est point question de démontrer mais plutôt de constater que cela s’impose à l’esprit en tant que vérité. Les premiers êtres vivants nous servent de prévention, nous le verrons plus loin.

Pr Ousmane Jibhala KEITA

 1,425 total views,  1 views today

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *